Homeis
Popular searches
Avocats
Babysitters
Psychologues
Fitness
Les courses
Éducation
Corona
Docteurs de famille
Santé
Bonjour, ce guide a été publié sur homeis, une communauté pour les Français aux États Unis

Téléchargez homeis et rejoignez la communauté

homeis
USA
6 months ago
10 choses à savoir sur la culture américaine

10 choses à savoir sur la culture américaine

Après avoir passé quelque temps aux Etats-Unis, tous les expats en viennent à la même remarque : la culture américaine est quand même bien particulière. Passé le traditionnel choc culturel, on s’habitue à ces différences qui nous ont marquées au début, et on se rappelle qu’on aurait aimé que quelqu’un nous en avertisse dès le début. Ca tombe bien, ce guide est fait pour ça. Voiçi donc les 10 choses à savoir sur les Américains.


On ne crée pas des relations amicales en un instant: 

C’est la phrase classique, on se fait beaucoup de connaissances, mais peu d’amis aux Etats-Unis. Une grande partie des Américains construisent leur cercles amicaux au lycée puis à l’université, et entrent sur le marché du travail sans avoir nécessairement envie de rencontrer du monde. C’est un constat débattu, qui ne contraste pas forcément avec la culture française, mais beaucoup d’expatriés le mettent en avant. Laissez donc du temps à vos relations  pour qu’elles deviennent vraiment amicales.


Faire la différence entre small talk et real talk:

Les Américains usent (et abusent peut-être) de ces petites phrases enthousiastes, comme “Ohh that’s amazing!”. Elles constituent souvent une surprise pour l’expatrié français, mais quand un Américain dit “it sounds interesting” ou “it can work”, il peut voiloir dire “j’ai bien compris, mais je ne peux pas te garantir que je serai de la partie”. Pour distinguer entre la politesse et une marque sérieuse d'intérêt, il faut donc attendre d’en venir aux actes proprement dits.


La différence entre personnel et business: 

La stricte séparation entre personnel et business est une des vertues (ou un vice) de la culture américaine. D’un côté, vous pourrez être sûr qu’on ne vous demandera pas de rester travailler après 6h. De même on ne vous importunera pas par téléphone à des heures considérées comme personnelles. De l’autre côté, un bon feeling personnel n’est pas forcément synonyme d’accord. En d’autres termes, ce n’est pas parce que vous allez dîner avec un investisseur américain que ce dernier investira dans votre boîte. Pourquoi ? Parce que c’est du business, et que vos bons sentiments n’y feront rien. Sachez donc séparer ces deux domaines. 


Des questions plutôt que des ordres:

Les ordres directs, assez communs dans la culture française du travail, sont très mal perçus aux Etats-Unis. Ils y sont perçus comme “rude”, voire “bullying”. Un supérieur préférera donc ordonner sous la forme d’une question, comme “will you send me this presentation by next week please ?” N’y voyez surtout pas une question, c’est bien un ordre, mais à l’américaine. Pour exprimer votre confusion, n’hésitez pas à montrer votre motivation, exposer les contraintes, et proposer une nouvelle deadline. 


La bureaucratie est reine, le planning est roi:

Personne ne la porte dans son coeur, mais la bureaucratie est un incontournable de la culture américaine (comme de la française soit dit en passant). Sans se plonger dans les méandres de l’administration américaine, impossible de trouver un appartement, d’obtenir son permis de conduire, de payer ses factures … Dans certains cas le travail de papier reste modeste, mais pour obtenir un numéro de sécurité sociale par exemple, on doit sortir le fax. Il ne faut pas s’alarmer mais s’y résigner, la bureaucratie américaine est ce qu’elle est et on ne peut y échapper. Il en va de même pour cette tendance à la prévision de long terme, qui  pousse les Américains à prévoir certains événements un an en avance. N’hésitez pas à parler de vacances à votre boss six mois en avance, ou à établir un planning prévisionnel sur un an. C’est le meilleur moyen de ne pas perdre la tête !


Eviter les conversations politiques:

Il faut éviter à tout prix d’initier une conversations politique avec des personnes qui ne vous sont pas vraiment proches. En dehors du cercle privé, parler de politique dans le contexte actuel mène souvent à une forte polarisation des opinions. Cette règle vaut aussi en France me direz vous, mais supporter Trump ou les démocrates pourrait vous coûter cher si vous ne savez pas à qui vous vous adressez. Mieux vaut donc adopter la précaution. 


Le politiquement correct:

C’est souvent irritant, mais il faut éviter les sujets sensibles aux Etats-Unis. Les discussions à propos de l’origine ethnique (banalement appelées “race” içi), religion, sexe, genre sont généralement explosives et peuvent vous causer du souci. Il ne faut pas oublier l'histoire des Etats-Unis, qui rend le contexte difficile.


Vendre sa personne sans aucun complexe:

Ne soyez pas effrayé à l’idée de vous “vendre”. Le capitalisme et la compétition sont les bases de la culture américaine, où ils ont engendré un esprit de marketing incessant. Créez-vous une carte de visite, et n’hésitez pas à la distribuer dans toutes les séances de “networking” où vous aurez l’occasion d’aller. Le “self-marketing” est un signe de confiance en soi et en son business.


Les amis amènent les amis

Ca peut vous paraître paradoxal mais se faire des amis français est souvent le meilleur moyens de rencontrer des Américains. Certes, c’est important d’aller soi-même au devant d’Américains pour se faire des amis, mais ne rechignez pas à l’idée de se faire des connaissances françaises ou européennes. Les amis amènent des amis, qui seront peut être de vrais Américains.


J
53Enregistré
Commenter
Partager
23474
Amadou
Nice talk!!
J'aime
 Répondre
Natacha
Tt a fait
J'aime
 Répondre