Bonjour, ce guide a été publié sur homeis une communauté pour les Frenchy en Israël

Téléchargez et rejoignez la communauté

download from Apple App Store
download from Google Play
AMI Israël
AMI Israël a publié un nouveau  guide

La vie à l'école et le rythme scolaire

Guides
Lifestyle
Students
Famille et Enfants
Education

Le rôle des parents dans la vie scolaire

Le suivi des enfants par les parents est essentiel et leur présence dans la vie de l’école est recommandée.

Selon la loi israélienne, les parents sont responsables de la présence de leurs enfants à l’école. L’établissement n’informe pas systématiquement les parents en cas d’absence de l’enfant.

Le professeur principal “me’hane’h” est le contact privilégié des parents, il est même conseillé de le solliciter souvent, et ainsi lui montrer votre intérêt pour la scolarité de votre enfant.

Les parents sont invités à rencontrer les enseignants au minimum trois fois par an.

La première réunion parents-enseignants “asseifate orim” a lieu au début de l’année scolaire. Les parents reçoivent une information générale sur les études, les exigences de l’école au niveau de la discipline, du port de l’uniforme, ainsi que des différentes activités organisées. Lors des réunions suivantes, ils reçoivent des “rapports de progression” pour chaque discipline. Des frais de scolarité seront demandés en général en début d’année (paiements obligatoires fixés par le Ministère et paiements éventuels demandés par l’école).

Les parents délégués sont élus lors de la première réunion parents-enseignants. Ils jouent un rôle important auprès de la direction de l’école.

L’arrivée à l’école

Les élèves sont admis au niveau équivalent du niveau suivi en France. Pendant les premières semaines, le conseiller pédagogique de l’école “yoetz ’hinou’hi” doit rencontrer les parents. Certaines écoles ont aussi un coordinateur de l’immigration.

Pendant la première année qui suit l’Alya, les élèves ont des cours d’hébreu et de culture hébraïque. Le nombre d’immigrants dans une école détermine le nombre d’heures allouées à cet enseignement. Il est important de parler au directeur des besoins particuliers de vos enfants.

Les familles monoparentales et les familles de quatre enfants et plus peuvent recevoir des aides de l’Assurance Nationale “Bitoua’h Leumi”. Elles peuvent prétendre à une bourse d’étude annuelle “ma’anak limoudim” pour les enfants âgés de 6 à 14 ans.

La vie sociale des enfants

La vie sociale des enfants est très intense en Israël. Les invitations des enfants les uns chez les autres après l’école, les rencontres dans les parcs ou jardins environnants, ainsi que la participation à des activités extra scolaires dans le quartier encouragent et développent l’autonomie, les relations sociales, et la confiance en soi.

En Israël, les enfants fêtent leurs anniversaires très souvent en classe, et pour que la fête soit complète, ils apportent un gâteau à déguster avec la classe, le tout orchestré par le professeur principal “me’hane’h”.

Dans le primaire, les parents sont conviés à se joindre à cette fête et il est très important d’y assister. Si vous organisez une fête pour l’anniversaire de votre enfant, il est de tradition d’inviter tous les enfants de la classe.

A la fin de l’année scolaire, une fête est organisée à l’école dans la soirée. Souvent les parents de toute l’école sont réunis puis parents et enfants se réunissent par classe où un petit programme est présenté.

Les fêtes de fin de cycle revêtent un caractère particulier où vous assisterez a un véritable programme “artistique” préparé par les enfants de toute la “shi’hva” (classes du même niveau). La présence des parents est obligatoire.

Relations élèves-parents-professeurs

Les enfants appellent leur professeur “Moreh” ou “Morah” et par leur prénom. Le professeur principal “me’hane’h” est celui qui sera le réfèrent pour les parents, face aux autres professeurs et à la direction de l’école. Les professeurs en Israël communiquent leur numéro de téléphone aux enfants et à leurs parents pour pouvoir répondre au moindre problème.

Dans certains établissements chaque professeur a une adresse électronique. Les parents et les professeurs peuvent ainsi communiquer sur tous les sujets relatifs aux enfants, discipline, devoirs, informations diverses, etc…Les écoles ont des sites internet que les parents peuvent consulter et ils y trouveront les dates d’examens, les dates d’excursion et les événements prévus à l’école. Certaines écoles ont des sites internet qui permettent aux enfants de communiquer ce qui leur permet suite à des absences de connaitre les devoirs ou autres détails importants qui se sont déroulés en classe.

Il n’est pas rare qu’un professeur principal intervienne et se soucie de savoir si tel ou tel élève a aussi été invité les après-midis, aux anniversaires et aux autres événements fêtés en commun.

L’approche élèves/professeurs est très différente, moins disciplinaire et plus affective.

Dans le cas d’une école religieuse

Il faut prendre en considération que chaque courant religieux a une école qui obéit à ses propres critères et oblige à une vie adéquate de la famille: tenue vestimentaire, respect de la “tsniout”, respect des mitsvot. Les parents doivent s’identifier au maximum à l’école choisie.

Aide, conseil et orientation

Dans chaque école se trouve un conseiller pédagogique “yoetz ’hinou’hi” dont le rôle est de conseiller les élèves et leurs parents. Il y a aussi parfois un psychologue et un assistant auxquels on peut s’adresser pour tout problème éducatif ou comportemental. L’orientation pour les services psychologiques “Chefi” se fait par l’intermédiaire de l’école.

Le Ministère de l’Education fait fonctionner une ligne d’écoute aux services des élèves nouveaux immigrants. On peut y poser des questions concernant les droits des élèves en général et les droits des élèves nouveaux immigrants en particulier: 02 560 36 19 ou le 02 560 36 20.

Ce Service conseille les familles dans des cas de violence à l’école, pour la prévention d’abandon scolaire, des besoins spécifiques, les examens du bac, les cas d’urgence, les différents types de cadre, les relations élèves-professeurs.

Soutien scolaire au sein de l’école

Les élèves nouveaux immigrants ou Citoyens de Retour pourront bénéficier d’un soutien scolaire et parfois d’une aide financière en fonction de critères définis par la circulaire du directeur général du Ministère de l’Education qui est publiée au début de chaque année scolaire.

Détail des types d’aide financière

Il existe une participation aux frais scolaires par l’intermédiaire du Panier d’Intégration et des aides à l’éducation pour les élèves nouveaux immigrants. Les élèves nouveaux immigrants pourront bénéficier d’une aide financière pour une partie des dépenses dues à la scolarité. Cette aide financière est transférée aux institutions scolaires pour les familles concernées par le biais des autorités locales. Le taux de cette aide dépend de la phase d’éducation, du temps de résidence de l’élève en Israël et à l’étranger.

Attribution d’heures de soutien scolaire pour l’acquisition de la langue et rattraper les écarts de niveau

Le Ministère de l’Education transfert aux écoles des heures particulières pour les élèves nouveaux immigrants. Le nombre d’heures allouées varie en fonction de la date d’Alya, de la phase d’éducation, du pays d’origine de l’élève et selon le nombre d’élèves immigrants inscrits dans l’école. Ces heures ont pour but d’aider les élèves à acquérir la langue, de l’améliorer, de l’enrichir et de rattraper les écarts de niveau dans les différentes matières. Les élèves citoyens de retour ont également droit une fois par semaine à des cours de soutien pour l’amélioration de leur maîtrise de l’hébreu et pour compléter les écarts de niveau dans les différentes matières.

Remarques:

• Toutes les heures de soutien ont lieu en groupe, plus le nombre d’élèves nouveaux immigrants dans l’école est élevé, plus le nombre d’heures allouées pour les heures de soutien sera grand.

• Des heures spécifiques pour les élèves nouveaux immigrants sont allouées de façon automatique aux écoles.

• Des heures spécifiques pour les élèves citoyens de retour seront transférées selon la demande des établissements.

Le bac israélien (bagrout)

Les élèves ne choisissent pas une orientation comme en France, selon des sections bien définies (littérature, sciences…)

Le bac israélien est basé sur un système d’unités de valeur, chaque unité de valeur correspond à une discipline et au coefficient choisi par l’enfant selon ses compétences.

Certaines matières sont obligatoires : maths, hébreu, littérature, Bible, anglais, histoire, instruction civique–. Deux autres disciplines sont obligatoires, la gymnastique et une activité d’entraide sociale mais sont notées par l’école même.

Chaque matière à passer pour avoir le bac, est présentée selon les coefficients suivants:

Maths (3-4-5), hébreu (2), littérature (2), anglais (3-4-5), histoire (2), instruction civique (2)

D’autres matières par exemple géographie ou deuxième langue étrangère, biologie, chimie, physique, théâtre, danse etc…. sont des matières à options et peuvent avoir des coefficients de 2 à 5.

Le programme change selon les coefficients choisis -3, 4 ou 5 points en général.

* Le coefficient le plus élevé étant en général le coefficient 5, parfois 10 comme l’informatique) Pour cela les classes en Israël ne sont pas organisées comme en France. Il y a des cours pris en commun par tous les enfants au sein de la classe (Kitat Em) et d’autres où les enfants sont divisés selon le coefficient de la matière choisie pour l’épreuve du bac

* Il faut un minimum de 21 unités de valeur pour l’obtention de la bagrout, pouvant s’élargir à 35 ou 40.

Le programme change selon les coefficients choisis -3, 4 ou 5 points en général.

Les disciplines obligatoires mais non choisies comme principales par les enfants par exemple les disciplines : instruction civique, histoire, littérature, bible et hébreu ont un coefficient minimum 2.

* Pour l’obtention de la Bagrout, le système est différent qu’en France. Si en France c’est la moyenne de toutes les notes obtenues qui permet la réussite, en Israël chaque matière présentée doit avoir obtenu la moyenne En cas d’échec dans une matière l’élève pourra représenter seulement cette matière après sa Terminale en tant que candidat libre et peu importe le temps du passage premier de l’examen de la Bagrout.

Adaptation aux conditions d’examens pour les élèves nouveaux immigrants et/ou citoyens de retour

Les élèves nouveaux immigrants ou les citoyens de retour doivent passer les épreuves du baccalauréat comme tous les autres élèves .Afin de faciliter l’intégration des élèves nouveaux immigrants, et de par la volonté de prendre en compte les difficultés scolaires et de minimiser les écarts de langue, le Ministère de l’Education leur permet de passer les examens avec des conditions particulières – en fonction de conditions d’admissibilité précises (date d’Alya, pays d’origine, l’âge, etc.). L’utilisation et la validité de ces droits sont examinées au cas par cas.

Les conditions possibles pour passer les examens selon la circulaire du directeur général sont les suivantes: 1) Traduction des questions de l’examen 2) Temps supplémentaire pour les examens à l’écrit 3) Points supplémentaires à la note de l’examen 4) Utilisation de dictionnaire bilingue 5) Dans certaines conditions et certaines matières, possibilité de passer l’examen à l’oral. 6) Pas de prise en compte des fautes d’écriture

Remarque: Les conditions énumérées ci-dessus sont modifiées périodiquement, vous pouvez consulter le site internet du Ministère de l’Education pour les vérifier.

L’enseignement en français langue maternelle

Sept établissements sont répertoriés comme des écoles affiliées au système scolaire français. Ils sont reconnus et suivis par l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger).

Collège Marc Chagall à Tel Aviv  03 517 24 29 / mchagall.telaviv@gmail.com

Collège des Frères de Jaffa 03 682 18 90 / freres_jaffa@yahoo.com

Collège-Lycée franco-israélien Raymond Leven Mikvé Israël 03 502 06 47 / nellysadoun@mikveisrael.org.il

Lycée de jeunes filles Guivat Washington 08 851 19 27 / Lyceeguiva.2012@gmail.com

Lycée de garçons Thorani à Kfar Maimon 08 994 40 01 / lyckfarmaim@yahoo.fr

Lycée français de Jérusalem 02 538 41 02 / lfj@gmail.com

Lycée français de la Havat Hanoar Hatsioni à Jérusalem 02 649 19 05 / lyceehavathanoar@gmail.com


Cours de soutien en dehors de l’école (pour le primaire et les collèges)

Dans certaines municipalités, le Département d’éducation organise une “moadonit” où les enfants peuvent bénéficier de cours d’aide ou de soutien dans la préparation des devoirs. La municipalité confie ces “moadoniot” à des associations éducatives religieuses ou laïques. Ce service est payant.

Ces programmes sont également dépendants de la disponibilité des ressources et du nombre d’enfants en ayant besoin.

AMI avec TIKVAT AHEINOU et les mairies sont partenaires de nombreux centres de Soutien Scolaire ‘‘Yahad’’ qui proposent aussi un accompagnement dans les matières principales, une aide aux devoirs et des activités récréatives.

Programmes d’excellence

En Israël les enfants ne redoublent pas, de même il est très rare qu’un enfant saute de classe. Suite à des examens qui ont lieu en primaire, (classes de bet ou guimel- CE1 ou CE2) un programme d’excellence peut être proposé aux enfants. Les enfants sélectionnés au premier examen, devront passer l’année suivante d’autres examens et alors seront sélectionnés. Ce programme a lieu, selon les écoles ou les villes soit dans l’école même à la fin des cours soit dans une autre école une fois par semaine, avec d’autres enfants sélectionnés eux aussi pour leur excellence.

Des examens spécifiques sont prévus pour les enfants nouveaux immigrants et citoyens de retour en raison des difficultés dus à la langue et à des écarts culturels.

Les activités qui y sont proposées ont pour but d’enrichir les enfants dans des connaissances de culture générale et de développer l’interdisciplinarité et ne sont pas un apport de connaissances dans telle ou telle matière scolaire.

Les enfants peuvent suivre, selon les régions, des cours dans les universités pour présenter leur bac dans un certain nombre de matières avant la Terminale. En général cela se fait pour les matières scientifiques. Le bac, coefficient 5 , est passé en Seconde et les enfants qui le désirent peuvent commencer à étudier en vue d’une licence.

Rythmes scolaires

L’année scolaire commence le 1er septembre et se termine fin juin pour le primaire et le 20 juin pour les collèges et lycées. Les vacances scolaires suivent le calendrier religieux. Les écoles indépendantes ont souvent des dates différentes.

Au jardin d’enfants et à la maternelle (mishpa’hton et gan)

L’accueil se fait du dimanche au jeudi, de 8h à 13h30-14h et le vendredi de 8 heures à 12h45. Des structures payantes accueillent les enfants après l’école maternelle, au sein de l’établissement ou dans des structures privées qui assurent le transport des enfants de l’école au “tsaharon”(garderie) et assurent le déjeuner. Un service est assuré pendant une partie des vacances scolaires de 8 heures à 16h30. C’est la “kaytana”.

Le cadre éducatif jusqu’à 3 ans

Il existe des crèches ou des nourrices agrées qui sont sous la supervision du Ministère de l’Economie, il existe également des nourrices et des gans (Jardins d’enfants) privés. Les crèches fonctionnent en général de 7h à 16h, vendredi et veille de fêtes de 7h à midi. Dans certaines crèches il est possible de faire garder les enfants jusque 17h du dimanche au jeudi, un supplément financier est demandé.

Le cadre éducatif de 3 à 5 ans

Pour les enfants de 3 à 5 ans il y a des jardins d’enfants “ganim” privés ou municipaux ou régionaux.

Il existe différents cadres : laïques (mamla’hti), religieux (mamla’hti dati), orthodoxes (mamla’hti ‘haredi), privés (pratiim) et d’éducation spécialisée (hinoukh meyou’had), supervisés par le Ministère de l’Education. Il existe également dans une partie des crèches, des classes de gans pour les enfants de 3-4 ans.

Les inscriptions se font soit auprès des municipalités soit dans les gans privés. Le gan (public, laique ou religieux) est gratuit. Les enfants y sont accueillis en général de 8 heures à 14 heures. Une garderie, payante, est assurée les après-midi de 14h à 16h30 et assure le déjeuner.

Horaires des écoles:

Pour les jardins d’enfants : de 8h à 12h45

Pour le primaire de 8h à 12h45 /13h30

Pour les collèges de 8h à 13h30/14h30

Pour les lycées, les horaires changent selon l’emploi du temps scolaire

Cantines

Les écoles ne sont généralement pas pourvues de cantine. Les parents préparent une collation à emporter, un gouter à 10h puis vers 13h pour les collèges et lycées composée d’un sandwich au fromage, de légumes coupés en morceaux ou des fruits, le tout dans des boites ou des sachets de plastique. Les enfants mangent en classe à l’heure de la récréation puis sortent dans la cour pour se détendre. Une petite bouteille d’eau est toujours la bienvenue surtout en été.

Garderies ou Etudes (Tsaharon, Moadonit)

Un système de service études “Tsaharon” est organisé l’après-midi dans les écoles primaires. Ce service est proposé dans l’enceinte de l’école de votre enfant ou dans une autre école à proximité. Dans ce cas là, les enfants sont pris en charge par un transport.

Les enfants déjeunent, préparent leurs devoirs et participent à des activités jusqu’à 16h30.

Ce service est payant et les inscriptions se font en début d’année scolaire dans l’enceinte de l’école.

Un service identique appelé “Moadonit” existe également mais proposé par certaines mairies.


Internat

L’internat est courant en Israël dans les écoles secondaires, en particulier dans les établissements religieux de type yeshivot et oulpanot. Il est également prévu dans les lycées AEFE pour des raisons de localisation géographique. Le système d’internat existe dans les établissements pour les jeunes en difficulté et dans les écoles privées d’éducation spécialisée. Ces établissements sont répertoriés dans ce site.


Soyez le premier à l'enregistrer!
Commentaire
268