Accueil
Troc et Ventes
Immobilier
Emplois
Listes
Guides
Groupes
Evénements

Bonjour, ce guide a été publié sur homeis une communauté pour les Frenchy en Israël

Téléchargez et rejoignez la communauté

download from Apple App Store
download from Google Play
TelAvivre
TelAvivre a publié un nouveau  guide
Modifié

La première fois qu’un État arabe prend une telle initiative: le Maroc ajoute la Shoah au programme

Guides
Autre

En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York en septembre dernier, le ministre marocain de l’Education, Said Amzazi, a annoncé publiquement la décision du roi du Maroc, Mohammed VI, d’intégrer l’étude du génocide Juif au sein du programme de l’ éducation nationale marocaine. Certains analystes considèrent cette initiative comme une évolution drastique des perspectives arabes vers la reconnaissance d’un Etat Juif….

Le ministre marocain de l’Education, Said Amzazi, aurait selon le Desk, un site d’informations marocain, rapporté le message du roi du Maroc de la maniéré suivante: » L’antisémitisme est l’opposé de la liberté d’expression. Il manifeste la négation de l’autre et constitue un aveu d’échec, d’insuffisance et d’incapacité à coexister” ajoutant aussi: «C’est le retour anachronique à un passé mythique. Est-ce le passé que nous voulons léguer aux générations futures? “ avant de conclure: «Pour autant, la bataille contre ce fléau ne peut être menée ni avec l’armée ni avec l’argent mais seulement avec l’éducation et la culture. Et dans l’intérêt de nos enfants, il est important pour nous de gagner cette bataille car ils en seront les bénéficiaires et nos ambassadeurs à l’avenir ».

Cette décision du Maroc marque un tournant dans ce que certains analystes considèrent comme une modification des perspectives arabes vis-à-vis de sa communauté juive et d’Israel, bien que l’on ignore comment l’enseignement de la Shoah pourrait se traduire dans les relations avec l’Etat hébreu. Le royaume, comme beaucoup d’autres pays arabes, ne reconnaît pas officiellement l’État juif. Cependant les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Etat hébreu ne cessent de se développer. Selon un site britannique spécialisé, les échanges commerciaux entre le Maroc et Israël ont atteint 149 millions de dollars ces dernières années malgré l’absence de relations officielles entre les deux pays.

Le professeur Meir Litvak, directeur du département d’histoire du Moyen-Orient et d’Afrique à l’Université de Tel Aviv, a déclaré à The Media Line que, dans le monde arabe, l’opinion générale sur les questions relatives à l’Holocauste a toujours été que « ce qui est arrivé aux juifs d’Europe était une affaire européenne. Les Européens en étaient les auteurs et les Juifs en étaient les victimes mais ce sont les Arabes qui en ont payé le prix réel avec la création d’Israël”.

Le Dr. Ido Zelkovitz, expert en histoire et politique palestiniennes et chercheur en politiques à l’Institut Mitvim, a déclaré à The Media Line que «dans l’ensemble, la Shoah avait joué un rôle majeur dans le discours palestinien sur Israël et le sionisme ». “Les Palestiniens l’ont utilisé dans le passé et l’utilise encore aussi dans le présent pour se décrire comme” les victimes des victimes “, a ajouté Zelkovitz, expliquant que “la question de la victimisation était un pilier central de l’identité palestinienne moderne“.

En outre et en ce qui concerne la perspective palestinienne, même si les palestiniens pouvaient reconnaître un jour l’Holocauste, ils n’auraient, en majorité, aucune empathie réelle face à l’horrible génocide.

Tel-Avivre source The Media Line

Victoria Sebban
1Enregistré
Commentaire
Partager
266